Force ancestrale : tout savoir sur le régime paléo et l’alimentation de nos ancêtres

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis !










Submit

regime-paleo

On parle de plus en plus souvent du « régime paléo » qui conseille de revenir à l’alimentation de nos ancêtres préhistoriques. Mais est-ce que ces recommandations reposent sur des données scientifiques solides ? Dans cette vidéo, vous allez apprendre :

  • Comment la bipédie a évolué pour répondre à des besoins alimentaires
  • Pourquoi les tubercules ont joué un rôle clé pour nos ancêtres
  • Comment notre système digestif a évolué depuis 3 millions d’années
  • L’importance fondamentale de la cuisson dans notre évolution
  • En quoi consistait la vie d’un chasseur-cueilleur
  • Comment l’agriculture nous a fait rétrécir en taille
  • Pourquoi les maladies modernes sont la conséquence d’un décalage entre notre génétique et notre environnement

Avec plus de 60 références scientifiques, je vous propose une vidéo ultra-complète sur le sujet : l’histoire de l’évolution n’aura plus de secret pour vous !

Lieberman D.E. (2013) The Story of the Human Body: Evolution, Health and Disease. New York: Pantheon Press.

Lieberman D.E. (2011) The Evolution of the Human Head. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Richard Wrangham. (2009) Catching fire. How cooking made us Human. Basic Books (Perseus Books Group)

Pascal Picq. (2005) Les Origines de l’homme : L’odyssée de l’espèce. Points.

Pascal Picq. (2003) Au commencement était l’homme. Odile Jacob.

Weston A. (1939) Price Nutrition and Physical Degeneration: A Comparison of Primitive and Modern Diets and Their Effects. Paul B. Hoeber, Inc; Medical Book Department of Harper & Brothers

Aiello, L. C., & Wheeler, P. (1995). The Expensive-Tissue Hypothesis: The Brain and the Digestive System in Human and Primate Evolution. Current Anthropology, 36(2), 199. doi: 10.1086/204350.

Angel, Lawrence J. (1984) « Health as a crucial factor in the changes from hunting to developed farming in the eastern Mediterranean. » In: Cohen, Mark N.; Armelagos, George J. (eds.) (1984) Paleopathology at the Origins of Agriculture (proceedings of a conference held in 1982). Orlando: Academic Press. (pp. 51-73)

Batchelor, A. J., & Compston, J. E. (1983). Reduced plasma half-life of radio-labelled 25-hydroxyvitamin D3 in subjects receiving a high-fibre diet. The British journal of nutrition, 49(2), 213-6. Retrieved May 2, 2011, from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6299329.

Beresford, S. a a, Johnson, K. C., Ritenbaugh, C., Lasser, N. L., Snetselaar, L. G., Black, H. R., et al. (2006). Low-fat dietary pattern and risk of colorectal cancer: the Womenʼs Health Initiative Randomized Controlled Dietary Modification Trial. JAMA : the journal of the American Medical Association, 295(6), 643-54. doi: 10.1001/jama.295.6.643.

Bramble, D. M., & Lieberman, D. E. (2004). Endurance running and the evolution of Homo. Nature, 432(7015), 345-52. Nature Publishing Group. doi: 10.1038/nature03052.

Byers, T. (2000). Diet, colorectal adenomas, and colorectal cancer. The New England journal of medicine, 342(16), 1206-7. doi: 10.1056/NEJM200004203421609.

C. Owen Lovejoy. The natural history of human gait and posture. Part 1. Spine and pelvis. Gait and Posture 21 (2005) 95–112.

Dagnelie, P., Vergote, F., Staveren, W. van, Berg, H. van den, Dingjan, P., & Hautvast, J. (1990). High prevalence of rickets in infants on macrobiotic diets. Am J Clin Nutr, 51(2), 202-208. Retrieved May 2, 2011, from http://www.ajcn.org/cgi/content/abstract/51/2/202.

Danielson, D. R., & Reinhard, K. J. (1998). Human dental microwear caused by calcium oxalate phytoliths in prehistoric diet of the lower Pecos region, Texas. American journal of physical anthropology, 107(3), 297-304. doi: 10.1002/(SICI)1096-8644(199811)107:33.0.CO;2-M.

David L. Topping , Peter M. Clifton. Short-Chain Fatty Acids and Human Colonic Function: Roles of Resistant Starch and Nonstarch Polysaccharides. hysiological ReviewsPublished 1 July 2001Vol. 81no. 1031-1064

Di Sabatino, A., Morera, R., Ciccocioppo, R., Cazzola, P., Gotti, S., Tinozzi, F. P., et al. (2005). Oral butyrate for mildly to moderately active Crohnʼs disease. Alimentary pharmacology & therapeutics, 22(9), 789-94. doi: 10.1111/j.1365-2036.2005.02639.x.

Dirar, H. A. (1993). The indigenous fermented foods of the Sudan: a study in African food and … (p. 552). CAB International. Retrieved May 9, 2011, from http://books.google.com/books?id=J-ogAQAAIAAJ&pgis=1.

Dudley, R. (2002). Fermenting fruit and the historical ecology of ethanol ingestion: is alcoholism in modern humans an evolutionary hangover? Addiction (Abingdon, England), 97(4), 381-8. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11964055.

Eaton, S B, Konner, M. J., & Shostak, M. (1996). An evolutionary perspective enhances understanding of human nutritional requirements. The Journal of nutrition, 126(6), 1732-40. Retrieved March 26, 2011, from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8648449.

Eng C.M., Lieberman D.E., Zink K.D., Peters M.A. (2013) Bite force and occlusal stress production in hominin evolution. Am J Phys Anthropol. 151: 544-57.

Gibson A.R., Ojiambo R., Konstabel K., Lieberman D.E., Reilly J.J., Speakman J.R., Pitsiladis Y.P. (2013) Aerobic capacity, activity levels and daily energy expenditure in male and female adolescents of the Kenyan Nandi sub-group. PLoS One 8: e66552.

Hancock, A. M., Witonsky, D. B., Ehler, E., Alkorta-Aranburu, G., Beall, C., Gebremedhin, A., et al. (2010). In Light of Evolution IV: The Human Conditions Sackler Colloquium: Human adaptations to diet, subsistence, and ecoregion are due to subtle shifts in allele frequency. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 107(Supplement_2), 8924-8930. doi: 10.1073/pnas.0914625107.

Henry, A. G., Brooks, A. S., & Piperno, D. R. (2010). Microfossils in calculus demonstrate consumption of plants and cooked foods in Neanderthal diets (Shanidar III, Iraq; Spy I and II, Belgium). Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 1-6. doi: 10.1073/pnas.1016868108.

Hesseltine, C. W. (1979). Some important fermented foods of Mid-Asia, the Middle East, and Africa. Journal of the American Oil Chemists’ Society, 56(3), 367-374. Springer Berlin / Heidelberg. doi: 10.1007/BF02671501.

Hylckama Vlieg, J. E. van, Veiga, P., Zhang, C., Derrien, M., & Zhao, L. (2011). Impact of microbial transformation of food on health-from fermented foods to fermentation in the gastro-intestinal tract. Current opinion in biotechnology, 22(2), 219-211. doi: 10.1016/j.copbio.2010.12.004.

Kamberov Y.G., Wang S., Tan J., Gerbault P., Wark A., Tan L., Yang Y., Li S., Tang K., Chen H., Powell A., Itan Y., Fuller D., Lohmueller J., Mao J., Schachar A., Paymer M., Hostetter E., Byrne E., Burnett M., McMahon A.P., Thomas M.G., Lieberman D.E., Jin L., Tabin C.J., Morgan B.A., Sabeti P.C. (2013) Modeling recent human evolution in mice by expression of a selected EDAR variant. Cell 152: 691-702.

Kellogg, D. J. H. (1923). Natural Diet of Man.

Konner, M., & Eaton, S Boyd. (2010). Paleolithic nutrition: twenty-five years later. Nutrition in clinical practice : official publication of the American Society for Parenteral and Enteral Nutrition, 25(6), 594-602. doi: 10.1177/0884533610385702.

Leach, J. D., & Sobolik, K. D. (2010). High dietary intake of prebiotic inulin-type fructans in the prehistoric Chihuahuan Desert. British Journal of Nutrition, 103(11), 1558-1561. Retrieved May 10, 2011, from http://journals.cambridge.org/abstract_S0007114510000966.

Lindeberg S. Food and western disease.. Health and nutrition from an evolutionary perspective (Wiley, 2010)(ISBN 1405197714)(O)(370s)

Matthias Meyer,McKenna, P., Hoffmann, C., Minkah, N., Aye, P. P., Lackner, A., Liu, Z., et al. (2008). The macaque gut microbiome in health, lentiviral infection, and chronic enterocolitis. PLoS pathogens, 4(2), e20. doi: 10.1371/journal.ppat.0040020.

McNeil, N. (1984). The contribution of the large intestine to energy supplies in man. Am J Clin Nutr, 39(2), 338-342. Retrieved May 2, 2011, from http://www.ajcn.org/cgi/content/abstract/39/2/338.

Milton, K. (1989). Primate diets and gut morphology: implications for hominid evolution. In M. Harris & E. B. Ross (Eds.), Food and Evolution: Toward a Theory of Human Food Habits (p. 93). Temple University Press. Retrieved May 8, 2011, from http://books.google.com/books?hl=en&lr=&id=xHYxSHr86T8C&pgis=1.

Milton, K. (1989). Primate diets and gut morphology: implications for hominid evolution. In M. Harris & E. B. Ross (Eds.), Food and Evolution: Toward a Theory of Human Food Habits (p. 93). Temple University Press. Retrieved May 8, 2011, from http://books.google.com/books?hl=en&lr=&id=xHYxSHr86T8C&pgis=1.

Mugula, J. (2003). Microbiological and fermentation characteristics of togwa, a Tanzanian fermented food. International Journal of Food Microbiology, 80(3), 187-199. doi: 10.1016/S0168-1605(02)00141-1.

Ojiambo R., Gibson A.R., Konstabel K., Lieberman D.E., Speakman J.R., Reilly J.J., Pitsiladis Y.P. (2013) Free-living physical activity and energy expenditure of rural children and adolescents in the Nandi region of Kenya. Ann Hum Biol. 40: 318-23.

O’Keefe JH, Vogel R, Lavie CJ, Cordain L. Organic fitness: physical activity consistent with our hunter-gatherer heritage. Phys Sportsmed 2010 Dec;38(4):11–8.

OʼKeefe, S. J., Kidd, M., Espitalier-Noel, G., & Owira, P. (1999). Rarity of colon cancer in Africans is associated with low animal product consumption, not fiber. The American journal of gastroenterology, 94(5), 1373-80. doi: 10.1111/j.1572-0241.1999.01089.x.

Perry, G. H., Dominy, N. J., Claw, K. G., Lee, A. S., Fiegler, H., Redon, R., et al. (2007). Diet and the evolution of human amylase gene copy number variation. Nature genetics, 39(10), 1256-60. doi: 10.1038/ng2123.

Popovich, D. G., Jenkins, D. J. A., Kendall, C. W. C., Dierenfeld, E. S., Carroll, R. W., Tariq, N., et al. (1997). The Western Lowland Gorilla Diet Has Implications for the Health of Humans and Other Hominoids. J. Nutr., 127(10), 2000-2005. Retrieved April 28, 2011, from http://jn.nutrition.org/cgi/content/abstract/127/10/2000.

Raboy, V. (2001). Seeds for a better future: “low phytate” grains help to overcome malnutrition and reduce pollution. Trends in plant science, 6(10), 458-62. Retrieved May 9, 2011, from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11590064.

Rinne, M. M., Gueimonde, M., Kalliomäki, M., Hoppu, U., Salminen, S. J., & Isolauri, E. (2005). Similar bifidogenic effects of prebiotic-supplemented partially hydrolyzed infant formula and breastfeeding on infant gut microbiota. FEMS immunology and medical microbiology, 43(1), 59-65. doi: 10.1016/j.femsim.2004.07.005.

Roach N.T., Venkadesan M., Rainbow M.J., Lieberman D.E. (2013) Elastic energy storage in the shoulder and the evolution of high-speed throwing in Homo. Nature 498: 483-6.

Roebroeks, W., & Villa, P. (2011). On the earliest evidence for habitual use of fire in Europe. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 1018116108-. doi: 10.1073/pnas.1018116108.

Sawyer, G. J., & Maley, B. (2005). Neanderthal reconstructed. Anatomical record. Part B, New anatomist, 283(1), 23-31. doi: 10.1002/ar.b.20057.

Schoeninger, M. (2001). Composition of Tubers Used by Hadza Foragers of Tanzania. Journal of Food Composition and Analysis, 14(1), 15-25. doi: 10.1006/jfca.2000.0961.

Sengupta, S., Muir, J. G., & Gibson, P. R. (2006). Does butyrate protect from colorectal cancer? Journal of gastroenterology and hepatology, 21(1 Pt 2), 209-18. doi: 10.1111/j.1440-1746.2006.04213.x.

Shatin, R. Man and his cultigens. Sci Australian 1964;1:34–39. Shatin R: The transition from food-gathering to food-production in evolution and disease.

Smith, B. H. (1984). Patterns of molar wear in hunger-gatherers and agriculturalists. American journal of physical anthropology, 63(1), 39-56. doi: 10.1002/ajpa.1330630107.

Smith, J., Yokoyama, W., & German, J. B. (1998). Butyric Acid from the Diet: Actions at the Level of Gene Expression. Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 38(4), 259-297. doi: 10.1080/10408699891274200.

Smith, J., Yokoyama, W., & German, J. B. (1998). Butyric Acid from the Diet: Actions at the Level of Gene Expression. Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 38(4), 259-297. doi: 10.1080/10408699891274200.

The western lowland gorilla diet has implications for the health of humans and other hominoids. J Nutr 1997;127:2000e5. 6. Cordain L, Watkins BA, Mann NJ.

Vrese, M. de, & Marteau, P. R. (2007). Probiotics and Prebiotics: Effects on Diarrhea. J. Nutr., 137(3), 803S-811. Retrieved May 9, 2011, from http://jn.nutrition.org/cgi/content/abstract/137/3/803S.

Vuksan, V., Whitham, D., Sievenpiper, J. L., Jenkins, A. L., Rogovik, A. L., Bazinet, R. P., et al. (2007). Supplementation of conventional therapy with the novel grain Salba (Salvia hispanica L.) improves major and emerging cardiovascular risk factors in type 2 diabetes: results of a randomized controlled trial. Diabetes care, 30(11), 2804-10. doi: 10.2337/dc07-1144.

Wächtershäuser, a, & Stein, J. (2000). Rationale for the luminal provision of butyrate in intestinal diseases. European journal of nutrition, 39(4), 164-71. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11079736.

Wong, J. M. W., Souza, R. de, Kendall, C. W. C., Emam, A., & Jenkins, D. J. a. (2006). Colonic health: fermentation and short chain fatty acids. Journal of clinical gastroenterology, 40(3), 235-43. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16633129.

Wrangham, R. (2003). “Cooking as a biological trait.” Comparative Biochemistry and Physiology – Part A: Molecular & Integrative Physiology, 136(1), 35-46. doi: 10.1016/S1095-6433(03)00020-5.

Wrangham, R., Conklin-Brittain, N.-L., & Smith, C. C. (2002). A Two-Stage Model of Increased Dietary Quality in Early Hominid Evolution: The Role of Fiber. In P. S. Ungar & M. F. Teaford (Eds.), Human diet: its origin and evolution (p. 206). Greenwood Publishing Group.

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis !










Submit

31 Commentaires

  1. Ce mouvement « paléo », que vous nous exposez avec beaucoup de rigueur et de clarté comme chaque fois, montre que nous sommes encore nombreux à nous tromper de posture : au lieu de penser notre alimentation aussi en fonction de notre mode de vie (c’est-à-dire de notre environnement, de notre époque, etc), nous la pensons uniquement en fonction de ce que nous croyons être bon ou mauvais, de ce que nous acceptons ou rejetons, au gré des découvertes, des prises de conscience… Du coup, nous voulons adopter des comportements qui ne sont pas forcément compatibles avec notre environnement et notre évolution… Entre la disponibilité des produits modernes dont vous parlez, leur qualité nutritionnelle, mais aussi notre sens de l’activité physique qui a été bien ébranlé par l’ère industrielle… Bref, ça me semble un peu compliqué de se porter aussi bien qu’un chasseur-cueilleur dans un environnement qui propose des fours à micro-ondes, des ascenseurs, et de la nourriture en barquettes… Je crois qu’en fait, on a une nouvelle santé à inventer; une santé qui se fonderait sur ce qui est possible ou non, aujourd’hui, dans notre environnement.

    1. Votre commentaire est tout le contraire de la vidéo, c’est juste incroyable et fascinant. Je crois que la fin de votre commentaire montre que vous faites parti des gens qui « n’ont rien compris à la théorie de l’évolution  » et « plein de caricatures » pour reprendre les termes de la vidéo. Et pourtant je ne suis pas évolutionniste..

  2. Bonjour Benjamin,

    Merci pour cette vidéo bien présentée et bien documentée.
    C’est vrai qu’en nutrition, on entend tout et son contraire.
    Avoir fait le point sur l’évolution de l’environnement, de l’appareil digestif, de l’activité physique etc. est très instructif.
    Merci beaucoup,

    Bien cordialement,

    Pascale

  3. Belle vidéo bien complète !

    Cependant vers 55 min lorsque vous parlez d’espérance de vie je me suis trouvé choqué quand vous clamez l’aide de « médicaments chimiques » afin de l’accroître, et pas d’hygiène et qualité de vie qui à contrario vraiment améliorée celle-ci !

  4. merci Benjamin
    j ai trouvé tes explications tres claires et les croquis tres instructifs
    j ai ete etonnée d apprendre que notre systeme digestif etait si different des primates, ce que d autres etudes demontrent???
    je me suis permis de faire des copier coller pour garder un memo
    de cette tres interessante video.
    un grand merci…

    1. Je pense que vous parlez plutôt de simples « articles » plutôt que de réelles études, j’invite tout ceux qui disent le contraire à aller regarder le scanner d’un gorille pour arrêter de dire le contraire.

  5. Félicitations pour cette video superbement documentée et très claire.
    Bravo d’y mettre tant d’énergie, de connaissance et de passion et merci du partage.
    A faire voir surtout (!) aux (futurs) médecins.
    Cordialement,
    Anne-Catherine

  6. Merci beaucoup pour cette vidéo riche en informations!! Je l’ai attendue avec impatience et je me suis régalée en la regardant. Je me suis du coup abonnée à la newsletter 🙂

    Petite remarque en passant: je pense que le comportement un peu condescendant et cassant à certains passages (qu’on retrouve aussi sur facebook, du type « vous n’y connaissez rien » « courir comme un débile mental » « c’est une évidence » ) n’est pas nécessaire et véhicule une image négative. On peut bien sûr relever les erreurs des gens, sans pour autant les dénigrer. En tout cas, tu es beaucoup plus adorable quand tu es jovial, positif et de empathique 🙂 Je me réjouis déjà des prochaines vidéos! J’espère que tu feras un jour une vidéo sur la cuisson, je me pose des questions sur les températures et la perte des nutriments, notamment pour la cuisson sur plaques chauffantes.

  7. Conclusion sur la médecine pertinente. J’aimerais que dans le futur les médecins prennent en compte l’alimentation comme le faisait Socrate. Mais est-ce que cela peut réellement être le cas ?
    Vidéo très instructive.
    Vivement les prochaines.

  8. Bonjour, j’apprécie toutes les vidéos que vous faites, ca ne fait pas très longtemps que je les découvertes et je trouve que vous prenez en compte tous les paramètres qui peuvent entourer un sujet, vous remettez nottemant en question toutes les grandes idées qui sont aujourd’hui encrées dans la tête de la plupart des personnes, et votre façon de penser  » une chose ne peut pas être soit blanche soit noir » , j’aime cet état d’esprit.
    C’est pourquoi j’aimerais connaître votre opinion sur la  » Chrononutrition » qui a pour principe de manger de tout mais au bon moment de la journée. Je trouve cela très intéressant et ai fait quelques petites recherches mais ne suis pas assez convaincu pour commencer ce régime car comme vous dites dans de nombreuses vidéos il faut savoir pourquoi on adopte telle ou telle façon de manger…. Je vous remerci pour vos vidéos et espère que vous me direz la petite idée que vous vous faites sur la chrononutrition.
    A très bientôt !
    Lily

  9. Vidéo présentant certaines longueurs pas forcément nécessaires surtout au début, on aurait pu raccourcir un peu tout en restant aussi clair et interressant.
    Cela reste un bon document avec plein d’infos utiles, bravo

  10. Merci Benjamin, je crois que c’est la vidéo la plus longue que j’ai vu sur Naturacoach! Et toujours aussi dense en informations.

    Intéressant le point sur la cuisson qui rend les aliments plus faciles à digérer, je n’y aurais pas pensé. Concernant les organes, j’avoue ne pas adorer le gout des tripes ou du cerveau, même si j’aime bien le foie. As-tu des recettes pour des organes?

    As-tu envisagé de faire une vidéo sur le jeûne? Cela me semble être un sujet important dans l’alimentation (ou la « non-alimentation ») de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs et autres qui devaient avoir des périodes sans nourriture auxquelles le corps devait s’adapter, surtout comparé à la surabondance calorique moderne. Et le fait qu’on le retrouve dans plusieurs religions est intéressant aussi.

    PS : vers 55:00 il y a un petit bug de montage

  11. Bonjour Benjamin! Bravo et merci pour cette vidéo très détaillée. Si je l’avais vu, il y a 18 mois quand j’ai commencé le régime paléo, cela m’aurait beaucoup aidé et fait gagner beaucoup de temps dans mes recherches personnelles. Après 18 mois de pratique du mode de vie paléo (que je raconte sur mon blog), j’en arrive aux mêmes conclusions que toi. Merci encore pour ce partage de qualité.

  12. Merci pour ce travail minutieux qui nous permet de mieux comprendre notre corps, sans y passer des journées !

    Toutefois, tu évoques l’utilisation de nos mixeurs, mais en finalité est-ce que ces derniers nous permettent de digérer tout aussi facilement nos aliments, du fait qu’on ne mastique pas ?

    Par exemple si je mixe des flocons d’avoines dans du lait pour en faire une boisson granuleuse, est-ce que je vais aussi bien les digérer que si je les mangeais dans un bol à la cuillère ?

    PS : Fred et Jamy ont aussi marqué ton enfance ?

    1. Du reste, on peut aller plus loin dans la réflexion.
      Est-ce qu’il serait intéressant de chauffer cette boisson pour mieux la digérer ou peut-être que par l’action du mixeur chauffer la boisson n’aurait pas d’effet notable ?

  13. Bonjour et bravo pour cette vidéo très intéressante et bien construite. L’explication des origines est factuelle et évite les visions parfois simplistes que l’on peux voir. Un seul bémol en ce qui me concerne, intervenant dans le milieu de la forme et de la santé, avec un parcours en santé environnementale, je ne peux qu’être d’accord sur la flexibilité à avoir entre le postulat de base et les évolutions de nos ressources en terme quantitatif et qualitatif, j’aurai trouvé intéressant de mentionner au même titre que la baisse des qualités nutritionnelles des végétaux celle des productions animales qui ont malheureusement suivi la même logique avec en prime nombre de problèmes de pollutions des habitats ou des sites d’élevage, de présence médicamenteuses, et de nourriture inadaptée donnée à ces animaux. En allant un peu au delà du sujet de départ, il peut être aussi intéressant de se poser la question de savoir comment vaut il mieux se nourrir aujourd’hui, pour préparer l’avenir et prendre en compte les impacts écologiques et environnementaux voir pour certains éthiques. Encore bravo pour cette vidéo et les autres d’ailleurs, qu’il m’arrive de citer en exemple pour leur qualités de vulgarisation et de pédagogie. Bonne santé !!!

  14. Merci pour la quantité d’informations que tu as pu regrouper dans cette vidéo. Et j’apprécie ton ton objectif et le fait que tu t’appuies sur des études scientifiques. Tes propos n’en sont que plus crédibles.

  15. Bonjour Benjamin,
    j’adore ce que vous faites mais ceci dit petite réflexion à 48’51 » il est plus économique de tuer un mammouth que 50 lapins ? Déjà j’étais pas là pour en être si sur ma seul expérience est d’être monter sur le dos d’un éléphant et pour l’avoir vu casser et manger des branches de l’épaisseur de mon bras c’est vraiment impressionnant de plus sur you tube on voit des éléphant charger sur des voitures y se barre les gars ! Et vous avec votre morceau de bois pointu(même avec un silex au bout) et votre bande de copains qui ont deux trois cailloux en main pas de soucis …mon œil oui!
    Perso, je crois que depuis la nuit des temps l’homme essaye toujours d’avoir plus facile ( constat de la vie moderne raison pour laquelle les gens « bouf » des sandwichs dans la rue plutôt que de prendre 15′ à la maison pour le repas sans gluten pour le lendemain midi et que donc heureusement que vous êtes là pour nous faire comprendre que c’est vraiment nécessaire )
    Bref avec ce paradigme j’avance donc mon idée un maximum de fruits et de plantes sauvages de l’époque ( riche en protéine et nettement plus cool et moins dangereux à attraper) puis quelques insectes (jusque la on ne s’éloigne pas trop du singe) puis les oeufs, puis les bêtes déjà mortes et faisandées ensuite celle qui vive mais ne court pas vite (ancêtre de poule, et canard) puis de plus en plus gros mais franchement le mammouth faut vraiment être en pleine hiver rude depuis plusieurs semaines et avoir plus que cette solution je me demande même si ça me donnerait pas plus l’idée de faire des provisions à l’automne plus tôt que de l’affronter. Désolé, les vidéos de National Géographic sur la chasse au mammouth mon toujours laissé perplexe… Merci pour la qualité de votre travail et de votre passion à nous la transmettre olivier

    1. Oui mais ici on n’est pas dans les croyances et les « je pense » mais dans la démarche et l’analyse scientifique. L’homme était un opportuniste, il allait chercher ce qui avait le meilleur rapport calories/effort, que ce soit des petits animaux, des gros animaux ou des plantes.

  16. Bonjour,
    J’ai vraiment apprécié votre vidéo, très instructive et bien pensée. Comme vous l’avez souligné tous les aliments n’étaient pas en permanence disponibles. Vous avez parlé des périodes de sécheresse. Mais la viande elle-même ne devait pas être disponible tous les jours. Notre consommation journalière me semble aberrante. Qu’en pensez-vous ? Cette surconsommation ne serait-elle pas à l’origine de nos maladies moderne ? On est loin de la poule au pot du dimanche d’Henri IV. Je pense qu’une augmentation de la consommation de légumes, même bio, même à l’état sauvage si on se remet à la cueillette, ne saurait compenser les méfaits de la viande. Réflexion d’une flexitarienne. J’aimerai avoir votre idée sur la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *