Des OGM sur un plateau de fromages

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis !










Submit

fromage ogm

Greenpeace a lancé samedi dernier une campagne pour nous mettre en garde contre quinze fromages dits « douteux », dont les animaux producteurs seraient nourris aux OGM, y compris certains porteurs de la mention AOC (Appellation d’Origine Contrôlée). Sur 46 fromages porteurs de l’appellation, seuls 21, classés verts, excluent systématiquement l’usage d’OGM dans l’alimentation animale. Dix autres s’apprêteraient à en faire de même. Pour les 15 producteurs restants, chacun est libre de faire comme il l’entend. « Cela ne veut pas dire que ponctuellement, certains ne se sont pas engagés à exclure les OGM », précise Sarah Pecas, chargée de campagne chez Greenpeace,« mais que l’appellation ne l’a pas intégré à son cahier des charges ».

En France, il faut préciser que 80% des animaux sont nourris aux OGM, selon l’association de défense de l’environnement. Sauf que cette information n’est pas précisée sur l’étiquette des fromages AOC. En effet, notre pays interdit la culture mais pas l’importation, et c’est ainsi 5 millions de tonnes de soja OGM par an qui finissent dans l’assiette de notre bétail.

Dans la liste des fromages douteux, il y a: le Maroilles, le Livarot, le Camembert de Normandie, le Pont L’Evêque, le Brie de Meaux, le Brie de Melun, le Chaource, le Langres, le Munster, le Crottin de Chavignol, le Valançay, le Chabichou du Poitou, le Bleu du Vercors, le Bleu des Causses, le Brocciu.

Apprenez à bien choisir pour vous faire plaisir

Que faire alors ? Faire adopter l’étiquetage OGM obligatoire des produits dérivés du lait, préconise Greenpeace. Pour le moment, la présence d’OGM dans un produit alimentaire, au-delà de 0,9%, doit être précisée en France sur les emballages sauf pour les produits laitiers et la viande. Pourquoi cette exception ? D’après le site interministériel sur les OGM, « il faut rappeler que les données scientifiques actuelles indiquent que la présence d’OGM dans l’alimentation animale ne modifie en rien les caractéristiques des produits animaux ». Ce qui n’est pas entièrement exact, comme l’ont montré les études internes de Monsento (le leader mondial des OGM), où les rats nourris avec leur maïs transgénique ont tous fini avec des problèmes de foie et de reins. Et c’est ainsi qu’on en retrouve même dans du lait pour bébé, sans aucun avertissement !

Pour ne pas tomber dans la paranoïa et continuer à vous faire plaisir, achetez un fromage dans la liste des producteurs vérifiés (liste complète sur le site de Greenpeace), ou encore mieux, achetez du bio, dans lequel l’utilisation des OGM est totalement interdite. Un petit Cabrichou sur une tranche de pain complet avec une petite pointe de miel, ça serait dommage de s’en priver…

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis !










Submit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *